Sepem Industries Nord ‘Douai 2009

Après la confirmation d’une 1e édition réussie, l’édition « Nord » du Sepem Industries présente déjà   tous les signes d’une seconde édition prometteuse, avec plus de 200 exposants inscrits à la mi-juin !

Rappel du bilan 2008 du Sepem Industries de Douai :

3 346 visiteurs industriels (voir le profil ci-contre) représentant plus de 1 700 sites de production :

– 54 % sont venus pour des projets précis, et 87,6 % d’entre eux ont trouvé ce qu’ils cherchaient !

– 97,2 % sont satisfaits ou très satisfaits par les exposants.

– 91,9 % d’entre eux envisagent de revenir visiter la prochaine édition.

Pour les 293 exposants du salon :

86,4 % d’entre eux ont trouvé l’édition du Sepem Nord 2008 Bien ou Très Bien.

71,5 % des exposants souhaitent d’ores et déjà   exposer en 2009.

13,6 % d’entre eux en envisagent la possibilité.

Une zone de chalandise performante

La zone de référence du Sepem Industries Nord a sensibilisé cette année environ 10 000 sites de production, répartis sur un territoire comprenant le Nord / Pas-de-Calais, la Picardie, la Haute-Normandie, et toute la Belgique francophone.

Ces régions vont s’étendre dès l’édition 2009, au nord de l’Ile de France (départements 77, 78 et 95), et au sud-est de la zone (51 et 08), dont beaucoup de Pôles Industriels restent à moins de 2 heures de Douai.

Côté Visiteurs…

Le bilan de la première édition montre encore que le Sepem Industries Nord s’impose comme le nouveau salon dédié à toutes les industries, comme en témoignent les 1 700 sites de production qui ont visité le salon, répartis selon la représentativité des industries du Nord de la France.

D’autre part, l’élargissement de la zone de chalandise du salon permet de développer un fichier de près de 28 000 décideurs et prescripteurs directs, contre 23 000 en 2008 (dont 2 000 industriels Belges) : responsables de sites, directions achats, production, travaux neufs, maintenance, qualité, R&D, bureaux d’études, bureaux des méthodes…

De plus, afin de renforcer encore son visitorat, le Sepem Industries Nord 2009 va développer certains profils de visiteurs, comme les responsables HSE (hygiène, sécurité, environnement), ainsi que les éco-industries. Cela passe par le renforcement de la communication du salon dans ces filières, et le développement de fichiers nominatifs (pourtant déjà   très complets !) vers les acteurs industriels du secteur.

Côté exposants…

Avec 293 Exposants en 2008, le Sepem Industries Nord a honoré sa promesse, d’être le salon des solutions « Coeur d’usine » pour toutes les industries du Nord de la France.

Son ambition pour 2009 : répondre encore mieux à tous les besoins récurrents des industriels ! Pour ce faire, nous complétons la nomenclature existante avec deux problématiques d’actualité : les enjeux environnementaux (eau, air, déchets, dépollution…), et la sécurité des hommes et du matériel.

Cela complètera le panel des solutions « coeur d’usine » à présent offertes à tous les industriels du Nord, dans tous les secteurs d’activités représentatifs de ces régions.

A noter par ailleurs la nouvelle version du site internet des salons Sepem.

Source : https://www.sepem-industries.com

Approcher le Lean

Lean Training propose des formations « Lean » en inter-entreprises et intra-entreprises qui permettent d’échanger sur des problématiques concrètes et de tisser un réseau relationnel avec d’autres professionnels de l’amélioration continue.

« Il nous a paru essentiel d’aller plus loin dans les formations des Managers » explique Hubert Siegfriedt, PDG de l’entreprise Lean Training. En effet, beaucoup de sociétés souffrent d’une inadéquation dans la compréhension des concepts Lean entre les différents niveaux de Management. à travers des visites de sites partenaires à l’entreprise Lean Training, les entrepreneurs ont une vision juste de la méthodologie au quotidien et sur le terrain. S’ajoute aux formations, la participation d’un intervenant extérieur, appliquant dans son système de production, les méthodes du Lean Manufacturing.

L’entreprise alsacienne Lean Training s’est spécialisée en Lean Manufacturing. Cette organisation instaurée au Japon dans les années 50 a pour objectif de produire plus et mieux sans investissement productif supplémentaire.

Source : https://www.lean-training.eu

Nouveau directeur chez Knauf Industries

Yves Loth, 42 ans, prend la Direction de la Division Domestic Appliances au sein du groupe Knauf. Cette nomination répond la volonté de développement de la marque en France et à l’international.

Aujourd’hui, au sein du groupe Knauf, il est responsable du développement des marchés de solutions de protection des matériels domestiques (plastiques injectés, produits polystyrène) au niveau mondial.

Le groupe Knauf, 6 milliards d’euros de CA en 2007, est leader mondial des produits d’isolation pour le bâtiment. Il est leader sur le marché des produits en polystyrène.

Source : https://www.knauf-industries.com

Télégestion : nouvel afficheur tactile

Wit sort son nouvel afficheur tactile pour une exploitation locale de sites télégérés par e@sy facilitée. Sans souris ni clavier il permet la consultation des valeurs courantes du site en temps réel.

Les Plus d’e@sy-View 7 » :

Une console locale d’exploitation :

• Visualisation sous forme de synoptiques de l’état et des valeurs de votre installation en temps réel.

• Suivi des données restituées sous forme de courbes et de graphiques.

• Consultation multi-utilisateurs paramétrable en fonction du niveau d’accès.

Un affichage tactile haute résolution :

• Ecran couleur 7 pouces 800 x 480 pixels.

• Afficheur tactile permettant une navigation par synoptiques très intuitive.

Une mise en oeuvre facilitée :

• Raccordement direct par câble réseau RJ45 ou en Wifi.

• Intégration sur la façade d’une armoire électrique ou fixation murale.

• Accès direct à l’interface e@sy.

Source : https://www.wit.fr

Burmeister choisit IFS pour renforcer sa croissance

La société danoise Burmeister & Wain Scandinavian Contractor (BWSC) a choisi IFS Applications pour optimiser son système d’information et renforcer sa croissance. Entrepreneur et opérateur de projets clés en main, BWSC est un des leaders mondiaux en ce qui concerne les systèmes générateurs d’électricité à moyenne et grande échelle basés sur des moteurs diesel.

Source : https://www.ifsworld.com

Clé à chocs 1 pouce à carré entraîneur

Ingersoll Rand présente la clé à chocs 1 pouce la plus petite et la plus légère du marché. Capable d’assurer parfaitement tous types de tâches, ce nouveau modèle 2151S offre une puissance et une maniabilité exceptionnelles, ainsi qu’une fiabilité sans équivalent. Le mécanisme de clé à chocs à double marteau (Twin-Hammer) breveté d’Ingersoll Rand et son puissant moteur 6 aubes fournissent un couple de serrage maximal supérieur à 1 600 Nm en desserrage. Sa taille est réduite et son poids est de 3,35 kg.

Source : https://company.ingersollrand.com

Nouveau site web pour B¼lte

Fort de ses 10 ans d’existence, avec plus de 340 000 visiteurs ces 3 dernières années et plus de 600 visiteurs uniques par jour, le site du fabricant change de visage afin d’offrir à tous les internautes un ensemble de nouveaux services en ligne.

Nouveau et navigation facilitée pour simplifier la recherche.

Des illustrations, applications et schémas techniques sont proposées pour chacune des références ; une nouvelle section « demande de devis » a été ouverte.

Source : https://www.bulte.com

Le groupe Schaeffler contribue au succès de la mission Phoenix Mars

Les roulements de grande précision assurent la flexibilité du bras robotisé

Les roulements du groupe Schaeffler, avec ses trois marques fortes, INA, FAG et LuK, se posent sur Mars. Les éléments de précision qui assurent la flexibilité du bras robotisé de la sonde martienne « Phoenix » ont été livrés par Barden Corporation, le spécialiste en roulements de très grande précision du groupe basé à DANBURY, dans le Connecticut (Etats-Unis).

Lorsque « Phoenix » avait atteint sa destination après un voyage de neuf mois et 677 millions de kilomètres et débarqué sain et sauf au Pôle Nord de notre planète voisine le 26 mai, il y eut d’abord un problème de communication. Ce n’est que lors-que la liaison radio fut rétablie que l’activation du bras robotisé a pu s’effectuer le 28 mai. Moment de grande satisfaction pour les spécialistes de Barden qui avaient fourni les roulements de précision pour l’élément essentiel de la mission.

Depuis, le bras robotisé effectue ses tâches avec succès. Au cours des trois prochains mois – ce sera alors le printemps et l’été sur la région d’atterrissage de la planète rouge – le bras d’une longueur de 2.4 mètres creusera la terre polaire gelée. Les échantillons de sol seront analysés à bord de la sonde afin de déceler des traces d’eau et d’éventuels signes de vie sur Mars. La NASA a annoncé une découverte importante le 20 juin : les scientifiques sont convaincus qu’ils ont détecté des morceaux de glace dans le sol creusé par le bras robotisé de Phoenix.

« Quand nous avons reçu la commande du Jet Propulsion Laboratory de Pasadena pour la conception et la fabrication des roulements devant équiper le bras robotisé de Phoenix, nous avions bien conscience de l’énorme responsabilité qui pesait sur nos épaules. Un défaut de fonctionnement de roulement aurait condamné la mission à l’échec, » commente Al Conti, spécialiste des applications aérospatiales chez Barden. C’est pourquoi, la priorité numéro 1 a été la sécurité et la fiabilité. Les autres critères clés ont été une conception compacte, un poids le plus réduit possible, un faible coefficient de frottement et la plus grande précision.

Le projet Phoenix prouve que les spécialistes aérospatiaux de Barden ont réalisé un excellent développement. Les roulements à billes à contact oblique de très grande précision en acier inoxydable sont restés intacts après le long voyage dans l’espace. L’équipe de Barden est confiante que les roulements assureront la flexibilité du bras robotisé et l’aideront à fonctionner de façon fiable et durable en dépit des conditions défavorables liées aux tempêtes, à la poussière, à la chaleur et au froid.

Cette confiance est tout à fait justifiée : les bras robotisés des deux sondes précédentes «Spirit» et «Opportunity» sont déjà   équipés de roulements spéciaux de Barden. Conçus pour une durée de vie de 90 jours, les sondes, bras et roulements ont d’ores et déjà   dépassé les espérances initiales de plus de quatre ans. Alimentées en énergie par des cellules solaires, les deux sondes crapahutent sur le paysage martien à la vitesse de la tortue et envoient des données scientifiques à la terre.

Source : https://www.schaeffler.fr

Détecteur multi-gaz Altair 4

Simple, robuste et innovant

Avec le nouvel Altair 4, MSA a développé un des détecteurs 4 gaz les plus robuste, fiable et compact disponibles. Extrêmement facile d’utilisation, il mesure simultanément les gaz O2, H2S, CO et les gaz explosibles. L’Altair 4 est disponible avec l’option MotionAlert (Détecteur d’immobilité) ; caractéristique unique dans le monde des détecteurs de gaz portables.

Simplicité d’utilisation et ergonomie :

Avec ses trois gros boutons robustes, l’utilisation de l’appareil est intuitive. Les boutons sont conçus pour une facilité de manipulation même en cas d’utilisation avec des gants.

Un test simple et rapide permet de vérifier le triple système d’alarme [audible, vibrante et visuelle] et la réponse à une concentration de gaz connue.

De plus, le large écran numérique de l’Altair 4 permet à l’utilisateur de lire très facilement la concentration en gaz, les conditions d’alarme, les points de consigne et les valeurs de pics avec précision et confiance.

Robustesse et fiabilité :

L’Altair 4 résiste à l’eau et à la poussière (indice de protection IP 67) grâce à son joint de fermeture très efficace.

Il est conçu pour supporter un test de chute de 3 mètres. Son boîtier en caoutchouc extrêmement épais le protège des chutes accidentelles.

L’Altair 4 fonctionnera de manière fiable même dans les environnements les plus hostiles.

Paramétrage et gestion des données optimisés avec MSA Link :

L’Altair 4 dispose d’un système d’enregistrement des évènements très complet.

Grâce au logiciel en français MSA Link, l’utilisateur pourra facilement :

– Télécharger et stocker ces enregistrements sur son PC en un clin d’oeil.

– Modifier la plupart des paramètres de l’appareil. (Toutes les valeurs critiques restent cependant protégées par un mot de passe sélectionné par l’utilisateur).

Autonomie optimale :

L’Altair 4 est muni d’une batterie longue autonomie, rechargeable au lithium polymère qui fournit plus de 16 heures d’autonomie, même dans les conditions les plus extrêmes.

Le chargeur sabot très robuste est fourni en alimentation 220V et un nouveau chargeur véhicule est désormais disponible en 12/24V.

Maintenance facile :

Altair 4 dispose d’une garantie de 2 ans.

La maintenance se réduit au changement des cellules.

Le calibrage de l’appareil s’effectue en moins d’1 minute.

Ce calibrage peut être également effectué automatiquement avec la nouvelle station de test Galaxy.

Source : https://www.msa-gallet.fr

Productivité accrue pour une usine de bioéthanol en Turquie

Le bioéthanol est la première source d’énergie renouvelable dans le monde, et les cultures utilisées pour sa production présentent l’avantage de contribuer à la réduction des émissions de gaz à effet de serre en absorbant le CO2 au cours de leur croissance.

La nouvelle usine de bioéthanol de Tarkim qui se trouve à MustafakemalpaÅŸa-Bursa en Turquie, transforme des céréales, en général du maïs et du blé, en éthanol pouvant être utilisé comme additif pour carburant. Le démarrage rapide de l’usine était essentiel, et grâce à l’architecture d’automatisation numérique PlantWeb d’Emerson Process Management, l’usine Tarkim est entrée en service un mois plus tôt que prévu.

De plus, à l’issue de la seconde année d’exploitation de Tarkim, l’architecture PlantWeb a également permis à l’usine de réaliser des économies de 220 000 euros, ainsi qu’une augmentation de sa production de 28% au-dessus du niveau prévu.

Le système de commande de la nouvelle usine de bioéthanol repose sur l’architecture numérique PlantWeb d’Emerson, qui comprend un système d’automatisation numérique DeltaV communiquant avec 381 instruments, 108 vannes de régulation et 124 vannes d’arrêt au moyen du protocole de communication Hart. On compte plus de 1200 points d’entrée/sortie. Emerson a également fourni des régulateurs et alimentations électriques en surnombre.

Emerson a notamment fourni des instruments de mesure de la pression et de la température Rosemount, des vannes de régulation Fisher ainsi que des contrôleurs de valve numériques Fisher Fieldvue. Des débitmètres intelligents Coriolis de Micro Motion sont utilisés pour mesurer le débit de boue liquide de l’usine et le logiciel AMS Suite Intelligent Device Manager d’Emerson est venu compléter le projet.

Source : https://www.EmersonProcess.com