Le CIMI vous accompagne dans votre démarche Lean

La compétitivité des entreprises est conditionnée par leur capacité à faire progresser leurs organisations. Leurs démarches d’amélioration continue s’inscrivent donc souvent dans un large contexte de recherche de performance industrielle (achats, ordonnancement, production, facturation, logistique…).

Ces projets doivent finalement se traduire par des actions exécutées quotidiennement, au plus près du terrain, par un personnel motivé. La mobilisation de l’ensemble de son personnel est ainsi un facteur déterminant dans ces processus de progrès. Le service maintenance, à ce titre, est à même d’apporter son soutien technique et méthodologique.

Plusieurs démarches, faisant référence à la roue de Deming, sont déployées dans les entreprises, telles que :

Démarche Lean Manufacturing (voir notre formation LEM10), se déployant selon 2 axes principaux : l’élimination de toutes les sources de « gaspillage » et recherche de la valeur ajoutée maximum, l’amélioration des flux physiques du système de production,

Démarche TPM (Total Productive Maintenance – voir notre formation TPM10/TPM11), basée sur une approche qualitative des processus et une recherche de productivité ou disponibilité maximale des systèmes de production dans leur ensemble (TRS ou TRG selon les cas). Le concept d’auto-maintenance y est aussi intégré. La TPM est souvent exploitée à ce titre dans d’autres méthodes.

Méthode Value Stream Mapping, technique de cartographie du flux d’ajout de valeur et de non ajout de valeur dans un processus (voir notre formation VSM10),

Méthode 5S, permettant de structurer un environnement de travail (voir notre formation PRO60)

Méthode Kaizen (voir notre formation MIO17) , concept reposant sur la mise en oeuvre graduelle d’un ensemble d’activités d’amélioration continue (5S, SMED, Poka-Yoké…).

LEM10 – Lean Manufacturing

L’essentiel des techniques et des outils du Lean Manufacturing

Objectifs

– Identifier les exigences du Lean.

– Comprendre l’apport de chacun des outils du Lean.

Programme

Organisation de la démarche

– Les origines du Lean

– La stratégie Lean pour une entreprise

– Le flux en continu

– Les étapes de la démarche

Organiser une production en flux tendu

– La représentation Value Stream Mapping

– La recherche du gaspillage dans un flux

– La théorie des contraintes – DBR

– La synchronisation des cadences – takt time

Coordination des outils du Lean

– KAIZEN – amélioration au quotidien

– 5S – Organisation de son environnement de travail

– SMED – réduction des temps de changement de format

– TPM – transferts d’opération de maintenance vers les utilisateurs

– KANBAN – les flux deviennent tirés à la demande du client

– AIC – QRQC – revue régulière pour lancer des actions réactives

Extension du modèle à tous les processus

Analyse des résultats

TPM10 – Maintenance Productive Totale TPM®

Concevoir, initialiser et pérenniser un projet

Objectifs

Caractériser les principes et les techniques de la TPM®.

Mettre en oeuvre la méthodologie des phases de développement de la TPM®.

Organiser les moyens nécessaires a la mise en pratique dans l’entreprise.

VSM10 – Value Stream Mapping

Visualiser son flux pour en optimiser sa performance

Objectifs

Cartographier une chaine de valeur.

Visualiser les différents gaspillages.

PRO60 – La démarche 5S

Améliorer son environnement de travail

Objectifs

Identifier les enjeux de la démarche 5S.

Caractériser les méthodes et outils des 5S.

MIO17 – Démarche d’amélioration continue

Proposer des solutions innovantes issues d’analyses pertinentes

Objectifs

Analyser une situation existante.

Définir un plan d’actions pour développer la disponibilité des équipements.

Source : https://www.cimi.fr

Nettoyage : Expense Reduction Analysts propose des solutions optimisées pour le nettoyage des locaux

Objectif : diminution des coûts et amélioration de la qualité

Pour une entreprise, le nettoyage et l’entretien de ses locaux est une obligation. Les prestations de nettoyage contribuent à l’hygiène, la sécurité et le bien être général des personnes travaillant dans les bureaux et bâtiments publics et jouent ainsi un rôle important dans le quotidien des entreprises et des collectivités. Mais ces prestations indispensables représentent également un coût.

Les consultants d’Expense Reduction Analysts, spécialistes de la réduction des coûts, apportent leur expertise dans l’analyse et l’optimisation des dépenses de nettoyage.

Suivant le secteur d’activité de l’entreprise, agroalimentaire, tertiaire ou pharmaceutique, l’approche peut être radicalement différente. Pour certaines industries, le nettoyage est un impératif et doit être réalisé par des professionnels certifiés.

L’industrie agroalimentaire par exemple exige de nombreux tests et contrôles bactériologiques afin d’éviter la contamination des produits. Le nettoyage revêt donc une dimension extrêmement stratégique dans ce secteur.

Les consultants ERA sont récemment intervenus dans une entreprise agroalimentaire où la dégradation de l’hygiène s’était accompagnée d’une baisse rapide du chiffre d’affaires. Une analyse de la prestation actuelle a permis de constater un certain nombre de dysfonctionnements au niveau des procédures et une formation insuffisante ou mal adaptée des opérateurs.

« La solution pour optimiser les coûts de nettoyage de cette entreprise s’est basée en premier lieu sur une augmentation des horaires », commente Laurent Parra, expert spécialiste de la catégorie nettoyage chez ERA. «  En effet, l’ancienne prestation n’était pas réaliste, la spécificité des surfaces à traiter demandait plus d’heures de nettoyage. Le coût horaire a pu être optimisé et le prestataire choisi proposait un tarif moins élevé que le précédent, tout en améliorant la qualité de la prestation ».

Autre exemple relayé par les consultants d’Expense Reduction Analysts :

« Nous sommes intervenus dans un laboratoire pharmaceutique qui était satisfait par la prestation de nettoyage mais trouvait son coût trop élevé », poursuit Laurent Parra. « Le prestataire avait déjà   consenti à baisser ses tarifs de 6%. Au terme de notre audit, nous avons réussi à obtenir 13% d’économies supplémentaires. Ce client bénéficie à présent d’une prestation qui correspond aux prix du marché ».

Source : https://www.expensereductionanalysts.eu

GMAO : Siveco group présent à l’international

Tunisie

Eolien : Coswin 7i équipe la STEG

La Société Tunisienne de l’Electricité et du Gaz (STEG) assure la production du GPL et de l’énergie électrique à partir de différentes sources (thermique, hydraulique, éolienne,…), ainsi que le transport et la distribution de l’électricité et du gaz naturel au niveau national.

Coswin 7i équipe le parc Eolien de la STEG pour la maintenance de leurs 72 Eoliennes, le suivi des garanties et du contrat de maintenance avec le constructeur.

Sénégal

Nouvelle référence dans le Tertiaire

Le centre d’affaire et de commerces, Central Park. Sn, situé à Dakar, la capitale sénégalaise, a choisi la solution Coswin 7i FM pour la gestion de ses bâtiments et de ses équipements, notamment le système de climatisation central et la centrale électrique, ainsi que le suivi des sous-traitants.

Maroc

Coswin, leader au Maroc

La solution de GMAO Coswin 7i remporte un franc succès au Maroc avec 4 nouvelles ventes.

La Clinique du Palais Royal a élu Coswin 7i Santé pour la gestion de ses actifs, le suivi des contrats de maintenance et le suivi du préventif et correctif.

Coswin 7i Industrie a été choisie pour la gestion des stocks et des achats par Synergie Interactive Industrielle, une société de travaux de construction métallique.

Le Groupe Fandy Farine Maroc, intervenant dans l’industrie meunière et céréalière, a sélectionné la solution Coswin 7i Agroalimentaire pour la mise en place d’un système de gestion des équipements, de maintenance préventive et corrective.

Dans le cadre du projet fourniture de matériel de travaux publics pour le désenclavement du monde rural dans la région de Souss-Massa-Draâ” la Coopération Technique Belge (organe de gestion et de mise en oeuvre des projets de développement au Maroc depuis 2000) a sélectionnée Coswin 7i pour la maintenance des engins des Brigades Mécanisées.

Source : https://www.siveco.com

La distribution tient bon, mais jusqu’à quand ?

Invités par le DLR à réinventer un modèle gagnant face à la crise, lors de la 9e journée nationale de la Distribution le 25 octobre à Bercy-Village, les distributeurs ont exprimé leur inquiétude quant à leur avenir.

« La récession est terminée, mais sur un niveau d’activité très bas qui va remonter très lentement, annonce Nicolas Bouzou analyste et gérant d’Astères, en introduction du Panorama de la Distribution 2008-2009. Tout a commencé en 2006 avec une sortie vers le haut de la tendance du long terme. La bulle qui se forme est énorme…»

Après trois années de hausse consécutive du CA, avec un pic à 13% en 2007, 2008 s’annonce prometteuse. Encouragés par les constructeurs à augmenter leurs stocks de manière conséquente pour faire face à des délais de livraison qui s’allongent, les distributeurs répondent à cette demande. Mais la situation se retourne brutalement dans le courant de l’été et quand les machines sont livrées, les clients ne sont plus au rendez-vous. Les chiffres d’affaires chutent brutalement au dernier trimestre 2008 (-25% en glissement annuel), s’effondrent au premier trimestre 2009 (- 44%) jusqu’à – 58% pour les ventes de matériel neuf, avant de ralentir leur chute aux deuxième et troisième trimestre 2009 (-39% et -32%. Source baromètres DLR).

La plupart des constructeurs jouent le jeu et acceptent de reprendre une partie des stocks de matériel neuf comme le rappelle Luc Soldermann, président de la Commission Distribution du DLR, en ouverture de cette 9e journée nationale de la Distribution, « Alain Rosaz, président du Seimat, nous a confirmé que les constructeurs sont conscients des difficultés et qu’ils resteront solidaires des distributeurs. Nous allons d’ailleurs proposer une action conjointe DLR/Seimat auprès des banques. » La situation reste malgré tout très contrastée d’une entreprise à l’autre selon les marques. Certains réseaux sont particulièrement touchés, d’autres sont fragilisés, mais résistent.

Les distributeurs résistent pour le moment …

« Les anciens distributeurs qui ont trente ou quarante ans d’activité ont les capacités de surmonter cette crise, affirme à la tribune Michel Gable, président du DLR. Mais j’ai une pensée pour les jeunes distributeurs qui vont un jour remplacer l’ancienne génération dont je fais partie. Aux difficultés de trésorerie auxquelles nous sommes tous confrontés, s’ajoute le manque de fonds propres. Il ne faut pas hésiter à aller au bras de fer avec vos banquiers et pourquoi pas, faire comme les anglo-saxons qui vendent leur stock pour obtenir du cash ! » Effectivement, la plupart des distributeurs ont réduit leur stock de matériel neuf, alors que le stock d’occasion représente encore 293 jours de CA contre 221 jours au deuxième trimestre.

Face à la crise, la résistance s’organise : de la réduction des frais généraux aux mesures visant à réduire les effectifs, sans pour autant casser les structures. Mais la marge de manoeuvre est faible car 58 % de la masse salariale est affectée aux services techniques qui assurent la maintenance des machines… seul secteur porteur, aujourd’hui avec un chiffre d’affaires de la main d’oeuvre en progression de 2% au troisième trimestre, et un maintien de celui des pièces de rechange qui n’a baissé que de 3% (contre -13% au deuxième trimestre. Source baromètre

DLR). Mais les distributeurs s’accordent pour reconnaître que la commercialisation ne permet plus de financer leurs interventions en garantie. « La mauvaise prise en charge des garanties de certains constructeurs contribue à la dégradation de la rentabilité des distributeurs », affirme Francis Gilberg, secrétaire général du DLR.

…Mais jusqu’à quand et comment?

« L’estimation du nombre de machines vendues en 2009 chuterait de 63% par rapport à 2008 (43180 unités) en chute de 14% par rapport à 2007 (48960 unités, année record) et les prévisions pour 2010 se situent dans une fourchette de -5 à +5%. Beaucoup d’usines ont fermé pendant plusieurs mois réduisant drastiquement leur production. Et nous sommes inquiets, tant sur la reprise de l’outil de production que sur le réseau de distribution. Quand on entend que le niveau normal, celui de 2005 (36600 unités), 2006 (40972 unités), ne sera retrouvé qu’en 2015, on a de quoi s’inquiéter. On peut tenir un an, mais après ? ».

Rien de très rassurant du côté de l’économie selon les prévisions d’Astères : l’activité devrait reprendre, mais lentement car le marché est déjà   en surcapacité. Mais 2010 s’annonce pleine d’incertitudes avec la chute du dollar, les dettes publiques colossales et des risques de surprises du côté des taux d’intérêts… Avant un début de reprise à l’horizon 2012, 2013.

La crise de la distribution est liée à la crise mondiale, mais sa sortie de crise se jouera aussi au coeur de chaque entreprise, par une remise en question de son modèle économique… Avec l’appui de son banquier. C’est ce qu’ont montré avec beaucoup d’intérêt les deux intervenants de cette journée, Michel Dubois d’Enghein, ancien directeur de banque et Maximilien Brabec, expert APM. « Les bouleversements vécus seront imprévisibles, nombreux et brutaux et ils perturberont le positionnement et le modèle économique de bon nombre d’entreprises, explique le conseiller en stratégie. Avant cette crise, quand il y avait une tempête, on commençait par réduire la voilure, puis on se mettait à l’abri avant de ressortir avec le même bateau.

Aujourd’hui, il faut changer de bateau car le plan d’eau s’est modifié. La crise mondiale est une crise du modèle de boulimie. Terminé le temps où l’on en mettait un max au client”. Aujourd’hui il s’agit de vendre de la performance plutôt que du matériel ! »

Source : https://www.dlr.fr

Limiteurs de couple Siam Ringspann dans les équipements de transport

La prévention étant la seule démarche rationnelle pour sécuriser les biens et les personnes, le temps des limiteurs de couple placés comme simple fusibles, incapables de protéger efficacement une transmission est bien révolu.

Siam Ringspann présente une véritable gamme sécuritaire pour interdire durablement la destruction de l’outil productif, et capable de répondre à un large panel de sollicitations et d’exigences au travers de 11 familles de limiteurs.

A friction, réglables ou indéréglables, à billes, à simple ou double rouleaux, à contacts de surface par dentures, ces limiteurs ne consomment aucune énergie et n’ont pas besoin d’être asservis.

Ils vont absorber les torsions sous couple, isoler la cinématique de la force motrice si une surcharge apparaît, protéger à l’arrêt, démarrer progressivement les inerties, respecter les seuils de consigne, désaccoupler la transmission ou en conserver le couplage, respecter dans les 2 sens le synchronisme et l’homocinétisme.

Composants mécatroniques, ils communiquent aux automates l’évolution différentielle des vitesses d’entrée et de sortie.

Ils sont présents dans la manutention, le conditionnement, la machine-outil, la production d’énergie, de combustibles, le transport…

La richesse conceptrice de cette gamme est démontrée par ses applications industrielles qui se déclinent dans des utilisations journalières.

Avec le développement des transports publics, les limiteurs de couple Siam Ringspann sont des composants de sécurité de plus en plus utilisés dans les équipements de l’industrie ferroviaire : dans les gares pour sécuriser la fermeture de portes d’accès réservé, dans divers matériels de vissage de grosse puissance, dans la manutention de véhicules pour le ferroutage ou encore dans les treuils de triage des wagons.

De la petite à la grosse puissance, le limiteur de couple représente la solution sobre et efficace, appréciée pour sa fiabilité et sa robustesse.

Le conseil d’un spécialiste de l’équipe Siam Ringspann apporte une bonne adéquation de la technologie choisie avec l’application client pour une transmission durable.

Source : https://www.siam-ringspann.fr

Infor investit en matière de maintenance et crée de nouveaux standards pour apporter encore plus de valeur ajoutée

Infor Flex a fait exploser le nombre de clients souscrivant à un contrat de maintenance

Infor annonce que nombre de ses clients investissent à nouveau dans des contrats de maintenance qu’ils avaient interrompus, grâce notamment au programme Infor Flex, qui propose aux clients une démarche de migration souple, rapide et économique vers les toutes dernières innovations technologiques d’Infor. Depuis le lancement du programme en juin, Infor a enregistré une progression de 22 % de ses revenus de maintenance, cette croissance découlant de l’adoption progressive d’Infor Flex. Des entreprises (issues de tous secteurs d’activités) s’engagent à nouveau avec Infor, reconnaissant ainsi la valeur ajoutée de son offre par rapport à celle d’autres éditeurs de logiciels, ce qui leur permet de bénéficier de fonctionnalités et de programmes évolués, tout en réduisant leurs coûts et en améliorant leurs performances.

«Alors que d’autres fournisseurs de logiciels imposent à leurs clients des mises à jour qui entraînent des arrêts d’activité, une augmentation des coûts de maintenance et une diminution du service support et ce, pour des solutions entièrement standardisées, Infor s’efforce d’agir en tant que partenaire plutôt que comme simple fournisseur auprès de ses clients», déclare Jim Schaper, ‘Chairman and CEO’ d’Infor. «Le succès rapide d’Infor Flex témoigne de la valeur qu’Infor apporte à ses clients, en tant que fournisseur de solutions innovantes, de services professionnels experts et d’options de déploiement souples, tout cela sans interruption d’activité et en tenant compte des contraintes de calendrier des clients.»

Le fait d’apporter toujours plus de valeur aux clients constitue la clé du programme Infor Flex. En effet, bénéficier des toutes dernières fonctionnalités s’avère indispensable pour leur permettre d’optimiser leur investissement informatique et de réduire leur coût total de possession. Par exemple, Infor Flex offre aux clients d’Infor un accompagnement pour évoluer vers les dernières versions de ses solutions, dès que ceux-ci le souhaitent, tout en bénéficiant de son architecture SOA (Services Oriented Architecture) : Infor Open SOA. En d’autres termes, les clients ont accès aux dernières évolutions produits (sans que cela impacte le déroulement de leurs activités), à de nouveaux composants, ainsi qu’à des applications et modules complémentaires, qui favorisent le développement de la performance dans toute l’entreprise.

Le programme Infor Flex permet également aux entreprises de faire face rapidement aux évolutions conjoncturelles fréquentes et de s’adapter aux nouveaux besoins, ainsi qu’aux nouvelles réglementations et demandes des clients ou d’autres partenaires intervenant d’un bout à l’autre de la chaîne logistique.

«La migration, la mise à jour ou le remplacement d’applications existantes est une des toutes premières priorités de nos clients», précise R. ‘Ray’ Wang, partenaire de la société de recherche et de conseil Altimeter Group. «Alors que de nombreux fournisseurs imposent des surcoûts en matière de maintenance et de migration, Infor offre une nouvelle alternative en laissant ses clients choisir, prévoir et en leur apportant plus de valeur ajoutée».

Infor continue à investir et à développer sa gamme de solutions, afin de permettre à ses clients de gagner en rentabilité, de mieux collaborer et de rester en conformité avec les standards du marché. Infor Flex offre aux entreprises la possibilité d’un déploiement facile à grande échelle, tout en réduisant leurs risques et en renforçant leurs performances. Selon l’analyste d’Aberdeen Cindy Jutras, les entreprises n’utilisent habituellement en moyenne que 27 à 32 % de leur système ERP. De plus, la probabilité d’utiliser un ERP augmente parce que les modules et applications complémentaires offrent aux entreprises des fonctionnalités qui améliorent leurs performances. En s’appuyant sur les toutes dernières versions ERP d’Infor, Infor Flex permet aux clients de développer de façon rentable leur système ERP pour intégrer, sans difficulté, des solutions EAM (Enterprise Asset Management), ainsi que des solutions de PM (Performance Management), de CRM (Customer Relationship Management), de FM (Financial Management) et de SCM (Supply Chain Management).

«Notre système ERP MAPICS nous a permis de produire, sans interruption, des batteries de réserve et des systèmes d’alimentation de haute qualité pour les marchés de l’alimentation, des télécommunications et de l’énergie au cours de ces 23 dernières années», indique Scott Bond, ‘Director of IT’ chez C&D Technologies. «Infor Flex va nous permettre de passer à Infor ERP XA avec moins de risques, à un coût raisonnable. Nous pourrons ainsi tirer parti de fonctionnalités complémentaires et de nouveaux développements qui amélioreront l’ensemble de notre chaîne logistique, ainsi que nos contraintes d’intégration

Infor a étendu son programme Flex à ses clients utilisant FourthShift, un système ERP destiné aux fabricants du ‘mid-market’ et développé par SoftBrands, filiale d’Infor. Grâce à Infor Flex, les clients utilisant FourthShift pourront, s’ils le souhaitent, remplacer leur solution ERP existante par un autre système plus performant d’Infor et répondre ainsi à leurs besoins. Infor propose plusieurs options concernant les solutions ERP destinées aux fabricants du ‘mid-market’, afin de leur permettre d’améliorer leurs activités, de renforcer les performances de leur chaîne logistique, de maintenir leur niveau de conformité et de soutenir leur niveau de service clients. Toutefois, les clients de FourthShift ne devront pas nécessairement changer de système ERP, puisque cette solution continuera à faire l’objet de développements et d’un accompagnement de la part d’Infor.

Source : https://www.infor.fr

Tolexpo 2009 : une bonne ambiance d’affaire

Tolexpo, le salon international des équipements de production pour le travail des métaux en feuille et en bobine du tube et des profilés s’est tenu à Paris, du mardi 17 au vendredi 20 novembre dernier.

Son bilan est axé autour des deux grands indicateurs qui traduisent la réussite de cet évènement :

– Le quasi maintient du nombre de sociétés exposantes malgré le contexte économique incertain,

– La qualité et la satisfaction des visiteurs, pour leur majorité décideurs et détenteurs d’un réel potentiel d’achats.

Tolexpo 2009 confirme sa position

Entièrement dédié aux équipements de production pour le travail des métaux en feuille et en bobine, du tube et du profilé, Tolexpo s’inscrit dans la continuité des 2 premières éditions du salon et dans l’atteinte de son objectif majeur : fédérer et fidéliser.

183 exposants étaient présents sur Tolexpo 2009. Outre les sociétés françaises, de nombreux constructeurs issus de l’international et n’ayant pas exposé en France depuis longtemps ou d’autres n’ayant jamais exposé dans notre pays ont choisi de participer à Tolexpo pour renforcer ou pénétrer ce marché.

Ils représentent aujourd’hui 44% du total des exposants alors qu’ils n’en représentaient que 10% lors de la 1ere édition, une forte croissance à laquelle Tolexpo a porté une attention particulière parmi ses objectifs de développement.

L’Allemagne, l’Autriche, la Belgique, le Danemark, l’Espagne, les Etas Unis, la Finlande, l’Italie, le Japon, les Pays-Bas, le Portugal, la Suède, la Suisse, le Portugal et la Turquie sont les pays représentés directement sur Tolexpo 2009.

Si le contexte économique faisait dire aux plus pessimistes que la fréquentation du salon en serait atteinte, le bilan général s’avère très positif.

Le repli du visitorat n’a pas eu lieu.

Le nombre de visites atteint en effet 10 418 (par rapport aux 8704 enregistrés en 2007).

15.96% venaient de l’étranger (contre 15.4% en 2007), Ce constat a été amplement approuvé par les témoignages des exposants qui pour leur majorité ont convenu du haut niveau d’intérêt de leurs clients potentiels.

Rendez-vous en Novembre 2011 pour la prochaine édition

Source : https://www.tolexpo.com

Traçabilité ‘ Solutions RFID ‘ Progilog 2009 : une satisfaction pour les exposants et les visiteurs

Un succès pour les organisateurs

Quelques jours après la fermeture de Traçabilité – Solutions RFID – Progilog, il est temps de tirer les premières conclusions de cette édition 2009. Un premier constat s’impose : malgré une année difficile, exposants et visiteurs ont répondu présents et les 3 salons conjoints ont trouvé leur place parmi les grands événements professionnels parisiens.

Un visitorat en légère croissance

4 589 visiteurs et congressistes, soit 2 % de plus qu’en 2008, se sont retrouvés dans un nouveau lieu parfaitement adapté au format de l’événement, dans le pavillon 8 du Parc des Expositions Paris Porte de Versailles.

Toujours à l’affût de solutions et d’équipements qui leur permettent de réduire les coûts tout en restant compétitifs sur leur marché, les professionnels ont donné raison aux organisateurs d’avoir maintenu ce rendez-vous dans un contexte délicat, entre grippe A et crise économique.

Les intentions de visite ont par ailleurs justifié le positionnement de l’événement et souligné un intérêt équivalent pour chacun des salons : 38 % pour Traçabilité, 34 % pour Solutions RFID et 28 % pour Progilog.

Les partenaires institutionnels de l’événement le confirment :

« La mission confiée à GS1 par les entreprises adhérentes est d’assurer en toute sécurité la traçabilité des marchandises et des informations qui leurs sont liées. En 2009, le salon Traçabilité constitue donc toujours pour nous une occasion privilégiée de démontrer aux entreprises de toutes tailles que la traçabilité est plus simple à mettre en oeuvre qu’elles ne l’imaginent », déclare Pierre Georget, Directeur Général de GS1 France.

« L’édition 2009 s’est avérée être un excellent millésime, tant au niveau de fréquentation du Village RFID que de la qualité des interlocuteurs reçus sur notre stand. L’événement était parfaitement positionné dans le temps, nous avons été en mesure de présenter notre équipe opérationnelle et notre travail mis en place depuis quelques mois, aux offreurs, utilisateurs, institutions et autres partenaires. Nous aurons plaisir à accompagner tous ces acteurs au long de l’année 2010 », explique Jean-Christophe Lecosse, Directeur du Centre National de Référence de la RFID.

Plus de décideurs, issus de tous les secteurs économiques

La fréquentation des PDG, DG ou gérants a progressé de 9 % pour atteindre un quart de l’ensemble des visiteurs. Les chefs de projets représentent quant à eux environ 20 %, les directeurs et responsables logistiques 12 %, tandis que les fonctions issues de la production (directeur de site, de production, de qualité, …) constituent 16 % de tous les visiteurs.

En tête des services représentés, c’est en toute logique la logistique et la supply chain qui tiennent le haut du pavé avec 20 % des visiteurs, suivis par les services informatiques.

Un lieu d’échanges fructueux

Les animations proposées pour appréhender de façon concrète des offres spécifiques ont rencontré un franc succès, à l’image des 3 villages thématiques (Business RFID, Lutte anticontrefaçon et MES) et de la plate-forme de démonstration Traçabilité & Chocolat.

Enfin, les différentes sessions de conférences et la multitude de thèmes abordés ont mobilisé les professionnels : 1 610 participants ont ainsi eu l’occasion d’écouter et d’échanger avec près de 90 intervenants experts de leurs secteurs.

« Les conférences organisées par le CNRFID en collaboration avec Comexposium ont été très largement suivies. Au-delà du plaisir de cette rencontre annuelle entre tous les acteurs de la RFID, le nombre de nouveaux contacts rencontrés, leurs niveaux d’intérêt et la cohérence de leurs problématiques ont particulièrement retenu notre attention », ajoute Jean-Christophe Lecosse.

Les conférences organisées pour Progilog – avec comme fil conducteur la gestion des stocks – ont également connu un réel succès. Panorama des principaux outils logiciels, tendances fortes et retours d’expérience ont fait salle comble.

En parallèle, les grands enjeux de traçabilité ont captivé des congressistes de qualité : santé, solutions anti-contrefaçon, ou bien encore l’intérêt de mettre en place des systèmes d’information adéquats dans l’usine…

Cette édition 2009 de Traçabilité – Solutions RFID – Progilog s’est donc avérée tout à fait positive. Son nouveau positionnement, dans un lieu à sa dimension, a su lui donner un nouvel élan.

« La fréquentation des salons et conférences de l’édition 2009 démontre l’intérêt des enjeux de traçabilité et de gestion de la logistique dans la stratégie globale des entreprises. Les marchés utilisateurs représentent un potentiel important et offrent à notre événement, et surtout aux exposants, une marge de croissance très intéressante. Nous commençons dès maintenant à travailler sur l’édition 2010 et vous donnons rendez-vous les 24 et 25 novembre prochain pour deux jours de business et de rencontres » conclut Véronique Didelot, Commissaire Général Adjoint.

Prochain rendez-vous à Paris Porte de Versailles les 24 et 25 novembre 2010.

Source : https://www.salon-tracabilite.com

Graco propose un système sophistiqué de fondoir : Pompe à engrenage avec fondoir

L’application robotisée de colle sur des vitres de voiture requiert un contrôle précis du dosage relié aux mouvements du robot. Dans ce cas précis, le client a demandé et insisté pour obtenir un dosage de la colle via un système de pompe avec débitmètre à engrenages.

La pompe avec débitmètre à engrenages à servocommande Graco 970-177 n’a pas été homologuée pour le marché européen ; le centre de conception certifié Graco pour l’Europe de l’Est (Graco Certified Design Center for Eastern Europe), MEDIA, a donc conçu et modifié la pompe à engrenages et le système de contrôle, et organisé la certification de conformité CE de ce produit, avec le soutien de l’équipe d’ingénieurs Graco de Minneapolis et de l’équipe d’assistance technique de Maasmechelen.

Le système d’alimentation pour la colle stockée dans des fûts de 200 L était basé sur les pompes en tandem entièrement chauffées Graco Therm-O-Flow 200 avec plateaux suiveurs à ailettes, flexibles chauffants et pistolet communiquant avec la ligne de commande centrale.

Au cours des mois qui ont suivi l’installation et la mise en service, la satisfaction du client a eu pour conséquence une nouvelle installation de pompe à engrenages Graco de MEDIA, pour l’étanchéité de vitres de custode électriques.

MEDIA LIBEREC en République Tchèque et sa filiale, MEDIA SK en Slovaquie, sont des centres de conception Graco en Europe de l’Est expérimentés et spécialisés dans les systèmes d’application complets pour les peintures et les colles, basés sur les équipements Graco, surtout pour les entreprises des secteurs de l’automobile et des équipements.

Cas d’Application

Ligne d’étanchéité pour vitres avant et arrière électriques

Matériau Clé

Colle de polyuréthane YOKOHAMA durcissant à l’humidité, appliquée à 50 °C.

Source : https://www.graco.be

Durée de validité des AET en Europe : le Synamap interpelle Xavier Darcos, ministre du travail

Le Synamap (Syndicat National des Acteurs du Marché de la Prévention et de la Protection) interpelle Xavier Darcos ministre du travail, des relations sociales, de la famille, de la solidarité et de la ville, dans un courrier du 30 novembre relativement aux problèmes que pose la limitation de la validité des AET (attestation d’examen de type) des EPI (équipement de protection individuelle) délivrées par certains organismes notifiés européens. En effet, il règne aujourd’hui une grande confusion sur le marché des EPI depuis que certains organismes notifiés (notamment au Royaume Uni et en Espagne) précisent une durée de validité de 5 ans sur les AET qu’ils délivrent, alors qu’aucune disposition ne figure pas dans l’actuelle directive européenne concernant les EPI.

Dans son courrier, le Synamap rappelle qu’à l’occasion de la transposition en droit français de la directive « machines », le ministère du travail avait déjà   envisagé de modifier la réglementation relative à la mise sur le marché des EPI (projet d’article R 4313-40 imposant au fabricant de demander à l’organisme notifié lui ayant délivré l’AET de réexaminer la validité de cette attestation tous les cinq ans) et que ce projet avait finalement été abandonné.

Défendant les intérêts de ses adhérents, et ceux de toute la profession, le Synamap demande une clarification de cette situation générant incertitudes et disparités inacceptables. Un cadre légalement défini et uniformément applicable est indispensable, sans perdre de vue que la mise en place d’une durée de validité des AET, douteuse sur le plan légal, aurait comme première conséquence économique l’augmentation du prix de revient des EPI.

Source : https://www.synamap.fr

Contact : infos@synamap.fr