Pourquoi ErgoSanté, spécialiste des exosquelettes, choisit l’Allemagne pour sa première filiale à l’international

Le spécialiste français du matériel ergonomique a choisi de s’implanter dans le pays le plus industrialisé d’Europe pour diffuser sa gamme de produits phares à l’export : les exosquelettes dédiés à la protection des travailleurs de l’industrie.
Lecture : 3 minutes
Depuis la sortie de ses exosquelettes en 2019, ErgoSanté enregistre un fort intérêt à l’international

ErgoSanté accélère son développement à l’international en ouvrant sa première filiale ErgoSchutz à Öhringen, en Allemagne. L’entreprise qui emploie à ce jour une centaine de salariés présentera notamment aux groupes industriels allemand son dernier exosquelette, le Hapo. Ce harnais de posture s’adresse à toute personne ayant besoin d’une assistance pour le dos ou dont le poste de travail est considéré comme pénible pour le dos. Le Hapo diminue les efforts lombaires et préserve les disques intervertébraux en redirigeant les efforts du haut du corps vers les cuisses. Grâce à des ressorts en fibres de verre, sa puissance d’assistance peut atteindre 14kg.

Des exosquelettes pour répondre au « casse-tête » du dos

Bien documentées sur les pathologies du dos liées à l’exercice professionnel, les entreprises allemandes recherchent de solutions. Ainsi, la mutuelle DAK-Gesundheit a produit en 2018 le rapport Rätsel Rücken (Le casse-tête du dos). Celui-ci dévoile d’une part que le mal de dos est le deuxième diagnostic le plus important dans l’incidence de l’incapacité de travail (derrière les infections respiratoires). D’autre part, les trois quarts des salariés se plaignent de maux de dos au moins une fois dans l’année. Enfin, le nombre d’admissions aux urgences pour des maux de dos a augmenté de 80% entre 2009 et 2016, pour atteindre 220 000.

Selon l’étude de DAK-Gesundheit, la politique de santé consistant à maîtriser le problème du dos n’a pas atteint son objectif. C’est pourquoi les acteurs de la santé et de l’industrie ont besoin de solutions innovantes. C’est donc là qu’ErgoSanté intervient. Le Français entend proposer aux entreprises sa gamme d’exosquelettes ainsi que l’ensemble de ses solutions d’aménagement des postes de travail, pour le secteur industriel et le secteur tertiaire.

Un marché des exosquelettes qui pourrait dépasser les 4Md$ d’ici sept ans

Pour Samuel Corgne, dirigeant-fondateur d’ErgoSanté, « depuis la sortie de ses exosquelettes en 2019, ErgoSanté enregistre un fort intérêt à l’international. L’entreprise exporte déjà ses produits notamment aux États- Unis, en Italie, au Canada et au Brésil. Nous accélérons désormais notre développement à l’export à travers l’ouverture de nouvelles filiales. L’Allemagne est la première étape de ce mouvement d’internationalisation. »

Cette expansion est soutenue par un marché mondial des exosquelettes en pleine croissance ; le cabinet d’analyses Research and Markets anticipe d’ailleurs que le marché mondial des exosquelettes pour les sept prochaines années pourrait atteindre un montant de 4,2 milliards de dollars en 2027, suivant un taux de croissance annuel de plus de 26 %.

Lire la suite
Olivier Guillon – MRJ PRESSE
Rédacteur en chef du magazine Production Maintenance, Olivier Guillon travaille depuis plus de quinze en tant que journaliste dans le domaine de la presse spécialisée et industrielle.
Sur le même sujet

Maintenance prédictive : DiagRAMS Technologies lève 1,7 million d’euros

L’éditeur de logiciel à base d’IA pour la maintenance prédictive (ou plutôt prévisionnelle dans la langue de Molière) DiagRAMS Technologies avec signe son premier tour de table en levant 1,7 million d’euros. Cette levée de fonds s’avère être un réel tremplin et doit permettre à l’entreprise d’évoluer dans une nouvelle phase de sa croissance. Les […]

KSB renforce sa stratégie autour des services et de la maintenance prédictive

Alors que le contexte sanitaire actuel accélère le besoin de gestion à distance des parcs installés, KSB ambitionne de devenir un leader en matière de services et de maintenance prédictive (ou plutôt prévisionnelle en « bon français »). Pour ce faire, le leader mondial des pompes et de la robinetterie industrielle peut s’appuyer en France […]

Comment le projet transfrontalier DigiMob Industrie 4.0 veut reconquérir les jeunes

Face à la désaffection des jeunes vis-à-vis de l’industrie, des partenaires de la Grande Région issus de Wallonie, de la Communauté germanophone de Belgique, du Luxembourg, de Rhénanie-Palatinat, de Sarre et de Lorraine ont décidé de prendre le taureau par les cornes. Le 31 mai prochain, les différents acteurs du projet – qui rassemble des […]