Vers des solutions de gestion de stocks plus automatisées

Après la crise du coronavirus, qui est loin d’être terminée, et les mesures de confinement qui ont quasiment interrompu la France et son activité économique pendant huit semaines, place à la crise économique ! Et celle-ci risque d’être particulièrement redoutable pour les entreprises n’ayant pas encore fait le choix d’automatiser leurs magasins de pièces détachées.
Lecture : 3 minutes
(c)SSI Schaefler

Dans le contexte douloureux que les entreprises traversent, si celles-ci doivent tout faire pour remettre leur production en route et stimuler la demande, elles devront dès que possible investir dans les nouvelles technologies, à commencer par des solutions d’intralogistiques visant à fluidifier les flux de production et optimiser la gestion des magasins de pièces de rechange.

C’est du moins l’avis de William Fleuriot, directeur commercial de la filiale française de SSI Schaefer, spécialiste allemand de l’intralogistique – allant du simple bac à boulons aux solutions les plus complexes et automatisées ; « avant la crise, l’industrie était déjà tournée vers des solutions automatisées dans le but de servir des clients de façon plus rapide et plus précise, en réduisant au maximum le nombre d’erreurs ».


En matière de solution pour la gestion des pièces détachées et des pièces de rechange, le principal sujet de réflexion tourne toujours autour de la volumétrie. C’est à partir de celle-ci que l’on détermine ses besoins ; « chez Schaefer, on analyse la volumétrie et le niveau d’exigence en matière de performance attendues avant de proposer la moindre solution. Nos systèmes vont de l’organisation des zones de préparation de stockage avec des systèmes de rayonnages palettes par exemple, à des solutions plus automatisées visant à optimiser les flux et à réduire les déplacements des préparateurs de commande. En outre, certains de nos clients désirent ensuite monter en gamme avec une armoire automatique dotée de convoyeurs mécanisés et, en bout de chaîne, un système d’emballage et d’expédition automatisé ». Chose est sûre pour le directeur commercial, « seules les entreprises disposant d’une logistique performante et d’une gestion des flux 2.0 ont pu tirer leur épingle du jeu ».


En cela, la gestion des pièces détachées demeure un élément déterminant en ces temps de crise mais aussi pour répondre à des marchés de plus en plus exigeants. Car ces dernières années, les industriels n’ont cessé de réduire leurs stocks. Aujourd’hui, l’heure est à l’automatisation dans la mesure où celle-ci permettra sans nul doute, combinée à d’autres solutions d’industrie 4.0, de gagner des parts de marché en augmentant les volumes de ventes et en réduisant les erreurs de préparation de commande. « N’oublions pas qu’optimiser l’outil de production permettra inévitablement de grossir les marges, ce qui demeure, y compris après la crise, le nerf de la guerre ».

Lire la suite
Olivier Guillon – MRJ PRESSE
Rédacteur en chef du magazine Production Maintenance, Olivier Guillon travaille depuis plus de quinze en tant que journaliste dans le domaine de la presse spécialisée et industrielle.
Sur le même sujet

VIF élargit son comité de direction pour accompagner son développement

Afin de se préparer à un nouveau cycle de développement, VIF (dirigé par Antoine et Gaël Vignon) s’entoure de nouvelles personnes autour de plusieurs axes stratégiques : une directrice de la relation client, Patricia Le Dren, un directeur des opérations logiciels industriels, Philippe Guyonneau, et une nouvelle DRH, Virginie Contrera. Ils rejoignent ainsi au comité […]

L’offre « Transformation digitale » de l’usine Bosch de Rodez prend de l’ampleur

Spécialement créé pour maintenir au maximum des activités techniques de l’usine de Rodez implantée dans l’Aveyron et spécialisé dans les composants de moteurs diesel, ce service piloté par Grégory Brouillet est né d’une réflexion sur l’industrie du futur à travers la maintenance avant d’aboutir à une démarche concrète, revêtant l’usine de Bosch d’une casquette de […]

Pourquoi Schneider Electric fait de la fabrication additive un fer de lance

Chez Schneider Electric, l’industrie du futur, ou industrie 4.0, se fait à grande échelle, à travers l’ensemble de ses activités mondiales, et prend le nom de « Smart Factory ». Cela passe bien sûr par l’Internet industriel des objets (IIoT) et globalement la transformation digitale, mais pas seulement. Dans l’usine de Puente la Reina, en Espagne, la […]