Immersion chez Mewa, un spécialiste européen de l’hygiène résolument tourné vers l’industrie 4.0

De l'industrie 2.0 à la révolution dite « 4.0 », Mewa a accompagné toutes les évolutions, et cela paie, à plus forte raison durant cette période de crise sanitaire. Outre l'optimisation de la production de lavettes nettoyantes, le spécialiste européen profite de l'automatisation industrielle pour proposer une offre complète de services textiles allant de la livraison de lavettes à la récupération en passant par le nettoyage et l’entretien.
Lecture : 4 minutes
Une collaboratrice de Mewa vérifie d'un œil expert chaque lavette fraîchement lavée. (Photo : MEWA)

De l’industrie 2.0 à la révolution dite « 4.0 », Mewa a accompagné toutes les évolutions, et cela paie, à plus forte raison durant cette période de crise sanitaire. Outre la production de lavettes nettoyantes, le spécialiste italien propose une offre complète de services textiles allant de la livraison de lavettes à la récupération en passant par le nettoyage et l’entretien.

Figurant aujourd’hui comme l’un des leaders de la prestation de services textiles en Europe, Mewa propose un service haut de gamme et performant, renforcée par un portail dernière génération à partir duquel les clients ont par exemple la possibilité de suivre et de modifier leurs livraisons via myMewa ou encore de discuter en ligne avec les conseillers. Il faut dire qu’au cours des décennies, Mewa a optimisé la production, le lavage et l’entretien de ses lavettes. Destinées au nettoyage des outils, des machines et des sols, elles sont spécialement tissées et donc particulièrement absorbantes. Ce développement maison, mais aussi les lignes de lavage et de séchage, le procédé de lavage écologique, le système de contrôle qualité à plusieurs étapes et le conteneur de sécurité Mewa SaCon, ont joué un rôle clé dans l’ensemble du système. Chez les clients, ce conteneur est utilisé pour stocker les lavettes usagées de manière sûre et pratique. Il sert aussi de moyen de transport pratique et sécurisé. À la fin du processus de contrôle, les lavettes nettoyées sont conditionnées dans le SaCon. Son poids permet d’évaluer s’il contient bien la quantité de lavettes programmée.

Une réponse forte et efficace durant la crise sanitaire

Dans les années 80, Mewa a introduit les premières lignes de lavage et de séchage. L’objectif de cette innovation était d’économiser de l’énergie, des détergents et de l’eau.  Aujourd’hui, même face à la crise sanitaire, Mewa n’a pas été pris au dépourvu. Pendant la crise liée au coronavirus, les lavettes de Mewa ont pu être livrées à la porte des ateliers d’approvisionnement et de production de masques, d’appareils respiratoires (et autres gels…) dans des conteneurs de sécurité hermétiques (SaCon). Le prestataire a ainsi fourni des entreprises essentielles à . Les conteneurs ont ensuite été collectés par le spécialiste du textile et les lavettes lavées sur les sites de Mewa pour enfin être à nouveau livrées aux clients. « Sur nos lignes de lavage, les lavettes sont lavées à une température de 90°C pendant au moins 15 minutes. Ce processus élimine complètement tous les germes et les microorganismes. Nos lavettes peuvent ainsi être prises dans les containers SaCon et être utilisées sans aucun danger », explique Philipp Mell, directeur de Mewa France. D’ailleurs, Mewa prolonge volontairement le temps de la désinfection thermique préconisé par les instituts scientifiques de 5 minutes pour éliminer tous les germes et garantir des lavettes propres et hygiéniques.

Pendant la crise liée au coronavirus, les lavettes de Mewa ont pu être livrées à la porte des ateliers d’approvisionnement et de production de masques, d’appareils respiratoires (et autres gels…) dans des conteneurs de sécurité hermétiques (SaCon).

Lire la suite
Sur le même sujet

Maîtriser les nouvelles technologies de réalité virtuelle pour améliorer les opérations de maintenance

Maîtriser les nouvelles technologies de réalité virtuelle pour améliorer les opérations de maintenance. Un exemple concret d’application pour réduire les accidents liés à une mauvaise consignation des énergies . Intervenants : Christian Florisoone (ICV In Practice), Patrick Gri-monpont (Speedernet) et Francisco De Araujo (PSIngénierie)