Mécatronique : une conjoncture qui résiste toujours et offre un bon premier trimestre 2023

Présentes dans toutes les machines industrielles ou mobiles, et dans tous les moyens de transport, les professions d’Artema - l’organisation professionnelle des industriels de la mécatronique - maintiennent le cap pour les trois premiers mois de l’année.
Graphe_Indicateur_global- source : ARTEMA

En mai dernier, Artema a publié les résultats de son indicateur global. Celui-ci révèle que pour l’ensemble des professions, le premier trimestre montre une belle croissance générale des chiffres d’affaires parfois même à deux chiffres. Certes, cette évolution ne représente pas toujours l’activité pure car elle doit une partie de sa croissance aux hausses de prix généralisées et à des carnets de commande hérités de 2022. Mais elle reste bonne à prendre pour l’ensemble des acteurs. 

L’indicateur global Artema reste bien positionné à la fin du mois de mars dans une dynamique de croissance pour les facturations comme pour les prévisions pour les trois prochains mois. Un léger regain d’espoir encouragé par une poursuite de la relative baisse des prix des matières, des coûts et d’une petite amélioration des conditions d’approvisionnement. Le manque de disponibilité de certaines pièces reste néanmoins problématique et bloque encore de nombreux projets. 

La nouvelle un peu moins réjouissante, vient de la courbe verte du carnet de commandes qui baisse inexorablement. L’essoufflement des nouvelles commandes qui se ressentait déjà à la fin de l’année dernière chez certains adhérents est très lisible en chiffres avec une baisse nette des commandes dans plusieurs professions pour le mois de mars. Il est vrai que la base de comparaison haute doit être prise en compte car il y a eu beaucoup de commandes en 2022. C’est quand même un signal négatif car le carnet moins garni jouera de moins en moins, dans le futur, son rôle d’amortisseur des fluctuations d’activités sur le chiffre d’affaires. 

La plupart des secteurs clients restent solides. L’agroalimentaire comme le machinisme agricole sont désormais loin de l’euphorie et de leur « Plus haut » mais gardent un niveau au moins correct. Même l’automobile réalise un bon 1er trimestre 2023 comparé à 2022. Mais on est loin des niveaux de 2019. 

Le contexte macroéconomique s’ancre dans l’instabilité

L’inflation qui devrait avoisiner les 5% sur l’année n’est plus directement menée par les prix de l’énergie mais par l’augmentation des prix des services et par les coûts des dépenses quotidiennes comme l’alimentaire : les prix des denrées ayant augmenté en grande partie à cause du coût de l’énergie

La confiance des ménages dans la situation économique reste dégradée et devrait le rester pour le deuxième trimestre. Pour le premier trimestre la consommation alimentaire par habitant a atteint son plus bas niveau depuis 1987. 

Maintes fois crainte, attendue depuis longtemps, la déferlante de redressements judiciaires des entreprises n’est pas encore arrivée mais les défaillances augmentent de mois en mois sans être encore supérieures au niveau moyen pré-pandémique. La santé financière de beaucoup d’entreprises demeure une épée de Damoclès avec les conséquences attendues en dominos, pour toute la chaîne clients-fournisseurs. 

Les tensions géopolitiques sont encore très fortes. La guerre entre la Russie et l’Ukraine perdure. L’investissement direct à l’étranger se renforce entre pays « amis ». L’export marche bien pour les industriels mais les sanctions de l’UE contre la Russie bloquent des projets parfois très intéressants. 

Au final, les industriels traitent l’activité au jour le jour dans une visibilité très restreinte et restent prudents malgré des chiffres actuels qui dans un autre contexte macroéconomique et géopolitique les laisseraient plutôt satisfaits. Le premier trimestre s’est mieux passé qu’attendu en raison des confortables carnets de commandes qui devraient être moins garnis dans les prochains mois. Les vraies questions se posent pour le deuxième semestre même si les prévisions, en valeur, de l’ensemble des professions restent positives pour l’année à ce jour.

Lire la suite
Sur le même sujet

NTN Europe pose la première pierre de son nouveau siège social

Ce 10 juillet a eu lieu la pose de la première pierre du nouveau siège social et du centre technique européen. Le roulementier, leader pour l’industrie, l’automobile et l’aéronautique, a en effet décidé de moderniser ce site historique sur lequel l’entreprise est installée depuis plus de 100 ans. Ce projet s’inscrit dans une stratégie de […]

SEW Usocome, entre délais records et réparation de réducteurs industriels

Avec son programme ATO5, SEW Usocome, reconnu pour ses systèmes d’entraînement et ses solutions d’automatisation, est en mesure de produire et d’assembler un réducteur industriel standard en cinq jours. Un temps record quand le marché conventionnel exige, à cahier des charges équivalent, des délais de fabrication de 10 à 30 semaines. L’entreprise alsacienne propose également […]

Comparaison de la technologie RFID et des codes-barres pour le suivi des biens : comment faire le bon choix pour votre entreprise ?

Des produits de consommation aux emballages alimentaires en passant par les raccords de tuyauterie et les conteneurs de matières dangereuses, pratiquement tous ont une sorte d’étiquette qui contient des informations importantes que les acheteurs, vendeurs ou fabricants doivent connaître. La plupart d’entre nous connaissent les codes-barres et les codes QR, mais leur technologie peut être […]