Pour Julie Voyer à propos de Sepem Colmar, « il y a un besoin de repartir au feu » !

Reporté depuis un an, l’édition alsacienne du Sepem doit signer le grand retour des événements industriels régionaux le premier sous la direction de Julie Voyer (GL Events), qui remplace Philippe Dutheil, fondateur des célèbres salons à succès. Du 15 au 17 juin prochain, le Sepem Industrie Est réunira près de 500 exposants au parc des expositions de Colmar.
Lecture : 5 minutes
Photo d'allée sur le Sepem de Colmar en 2018

Julie Voyer, c’est la première fois que vous dirigez un Sepem. Quel regard portez-vous sur ce salon ?

J’ai un attachement profond pour les événements industriels et parmi eux les salons Sepem qui sont selon moi un vrai bijou dans les territoires. Il représente un positionnement très fort et sont pensés de façon intelligente. Ils représentent en effet un maillage de l’ensemble du territoire pour proposer une offre nationale à des utilisateurs qui ne peuvent pas forcément se déplacer sur les grands salons.

Quels sont vos projets pour les Sepem ?

Nous souhaitons capitaliser sur les atouts des salons – dont on ne changera pas la formule – avec l’expérience et la force de frappe de GL Events et notamment de son salon phare, Global Industrie. Le Sepem a besoin d’un coup d’éclat pour renforcer son concept historique et magnifier la marque.

Colmar doit signer le grand retour des salons Sepem. Quel est votre sentiment à ce sujet ?

Julie Voyer : Même si nous attendons encore le feu vert officiel, nous sommes très heureux à l’idée de nous retrouver à Colmar. En ce début du mois de mai, au vu du nombre de pré-badgés, on sent qu’il y a un besoin de « repartir au feu ».

Philippe Dutheil : Il y a un an déjà, lorsque l’événement a dû être reporté en novembre puis au mois de juin 2021, le salon affichait déjà complet. C’est d’emblée une réussite d’autant que les exposants sont restés fidèles à cette édition alsacienne et que l’on annonce un beau plateau de conférences.

Comment voyez-vous cette nouvelle édition après des mois d’interruption dus à cette crise inédite ?

Julie Voyer : Ce que nous pouvons déjà dire, c’est que même si l’on a prévu beaucoup de changements dans les formats des prochains Sepem, l’édition alsacienne aura pour principal temps fort, outre les conférences, de réunir les acteurs de l’industrie et d’orienter avant tout l’événement vers le business. Le fait que les industriels se retrouvent est absolument essentiel.

Vous évoquez un nouveau format à venir pour les salons et des nouveautés. Sur quoi porteront-elles ?

Auparavant, tout portait autour de l’événement physique, avec une communication orientée vers le salon, le moment du salon et le bilan. Désormais, nous devons repenser notre offre pour permettre à tous d’accéder aux solutions des exposants à tout moment de l’année.

Comment cela va-t-il se concrétiser et à partir de quand ?

Le Covid-19 a beaucoup bouleversé notre profession il y a eu deux impacts. Le premier est que l’on a dû capitaliser sur la marque et les différents formats. Le deuxième résident dans le digital et l’accélération de nos projets déjà en cours (et déjà réalisés comme le parcours digital du visiteur), à commencer par la création de la marketplace Industrie Online. En ce sens, le digital a eu un effet démultiplicateur et permet d’amplifier l’offre.

Par ailleurs, nous allons mener des actions faveur de l’information et le recrutement à l’image de GI Avenir. Néanmoins, pour cette année, avec les éditions de Colmar, Angers et Douai, la priorité est au salon ! Les premières évolutions des Sepem prendront forme à partir de 2022 à Rouen.

Découvrir le programme des conférences du Sepem Colmar

Instaurées en janvier 2018 sur le Sepem de Rouen, les conférences de la maintenance – organisées par le magazine Production Maintenance, en partenariat avec l’Association des ingénieurs et responsables de maintenance (Afim) – poursuit son bonhomme de chemin. Progressivement, comme ce fut déjà le cas à Avignon en septembre 2020, les conférences porteront de plus en plus sur des sujets mêlant la production, la maintenance et l’industrie 4.0.

Accéder au programme

Lire la suite
Olivier Guillon – MRJ PRESSE
Rédacteur en chef du magazine Production Maintenance, Olivier Guillon travaille depuis plus de quinze en tant que journaliste dans le domaine de la presse spécialisée et industrielle.
Sur le même sujet

Stäubli fiabilise ses données industrielles avec une solution MES connectée à son ERP

Implanté à Faverges, en Haute-Savoie et Chassieu (Rhône), Stäubli France a décidé d’uniformiser la gestion de ses entités sur l’ensemble des filiales. Pour cela, l’entreprise s’est équipée de l’ERP SAP. Lors de cette refonte, elle a également décidé de mettre en place un logiciel de Manufacturing Execution System (MES), Cimag Production, pour optimiser le pilotage […]

Spie lance Fabloop, une offre de smart data management dédiée aux industriels

La division Industrie de Spie Industrie & Tertiaire, filiale française du groupe Spie, lance Fabloop en France pour aider les industriels à relever leurs challenges de l’industrie 4.0. L’offre de Smart Data Management sur-mesure « Fabloop », repose sur un constat simple : le passage à l’industrie 4.0 doit s’opérer avec des experts des process […]

Maintenance des engins pour les travaux ferroviaires : un succès confirmé pour les 5e Mecateameetings

C’est plus qu’un symbole pour fêter les 10 ans de Mecateamcluster et le retour à la « normalité » après dix-huit mois de crise sanitaire. Avec un nombre de participant quasi doublé par rapport à 2019, les Mecateameetings confirment leur succès et leur attractivité auprès des professionnels des chantiers ferroviaires. Ils sont venus de toute […]