L’Indicateur Global Artema : une tendance toujours positive au 1er trimestre 2022 pour les professions de la mécatronique

Présentes dans toutes les machines industrielles ou mobiles, et dans tous les moyens de transport, les professions d’Artema – l’organisation professionnelle des industriels de la Mécatronique - réalisent un premier trimestre encourageant dans un contexte de grande incertitude.
Lecture : 5 minutes

La conjoncture à fin mars offre une bonne surprise. Selon l’Indicateur Global Artema, elle conserve un certain élan même si le rythme est moins fort qu’à la fin de l’année dernière. Alors même que la base de comparaison (le premier trimestre 2021) se rapproche de plus en plus du niveau d’avant crise, les facturations comme le carnet et les prévisions du deuxième trimestre campent en zone positive. 

Un signal encourageant 

Plusieurs professions dépassent clairement ce trimestre le niveau de 2019 pour les nouvelles commandes et se rapprochent du niveau d’avant crise pour le chiffre d’affaires France. De gros projets financièrement intéressants reviennent. Les secteurs dynamiques comme le machinisme agricole, l’agroalimentaire, le bâtiment, l’énergie et la plupart des secteurs industriels (machines textiles, machines d’emballage, machines spéciales…) gardent une conjoncture satisfaisante. L’aéronautique poursuit son rattrapage. 

Comme au trimestre précédent ce sont les transmissions et systèmes hydrauliques, pneumatiques, mécaniques et mécatroniques qui enregistrent les plus fortes progressions, suivies par les roulements pour l’industrie, les fixations pour le bâtiment, et l’étanchéité pour l’énergie. Une situation toujours correcte dans l’industrie (hors automobile) se confirme donc pour ce début d’année. Une grande prudence pour avril demeure, car le contexte mondial s’assombrit et un climat d’incertitude s’installe. Le FMI vient d’ailleurs de réviser à la baisse son estimation de croissance mondiale à 3,6 % en 2022. 

Des approvisionnements toujours très problématiques 

L’adaptabilité, la résilience, et la bonne volonté de beaucoup d’acteurs ne peuvent résoudre les multiples problèmes liés aux pénuries. Les délais d’approvisionnement de certains aciers, de l’inox, de l’aluminium s’allongent et leurs coûts s’envolent tout comme ceux des ferrailles, des élastomères (caoutchouc, FFKM, FKM) du PTFE, des palettes, qui atteignent des sommets. Les problèmes déjà existants à la base, n’ont fait qu’empirer avec le conflit entre la Russie et l’Ukraine. Les conséquences économiques de la guerre et les sanctions contre la Russie ont généré de nombreuses synergies négatives. L’envolée des prix du gaz a incité certaines fonderies et sidérurgie à réduire voire stopper leur production. Dans toute l’industrie, la recherche de pièces, cartes électroniques, semi-conducteurs, petits éléments d’interface homme-machine est un challenge permanent. 

Depuis début mars et encore en avril, la pénurie de semi-conducteurs, de câbles et de faisceaux électriques atteint son paroxysme en causant des arrêts de chaines de production automobile en France et en Europe, parfois pendant plus de dix jours. La situation dans l’automobile est malheureusement toujours aussi catastrophique et impacte tous les fournisseurs. Si on se base sur les immatriculations, le marché automobile réalise son pire trimestre depuis quarante ans. 

Les hausse de prix en cascade affectent l’ensemble des acteurs, l’inflation est bien présente (4,8 % en avril). Dans les analyses des entreprises, il devient crucial dorénavant de bien différencier les évolutions de l’activité elle-même en volume des évolutions du chiffre d’affaires en valeur (avec les effets de la hausse des prix). Au niveau mondial, l’incertitude sanitaire, est toujours présente, notamment avec la situation sanitaire dans le sud-est de la Chine. Les confinements de Shanghaï et Shenzhen, provoquent l’arrêt de nombreuses usines et font peser des risques sur tout le commerce international. 

Dans un tel climat d’incertitude, les industriels restent dans une confiance prudente et envisagent une année positive. Une croissance de +5% comparée à une bonne année 2021 reste à envisager. 

Lire la suite
Sur le même sujet

Artema publie son guide pour la transformation mécatronique en entreprise

Cela fait maintenant seize ans qu’Artema a lancé une commission mécatronique pour accompagner le développement de ses adhérents. Dans le cadre de leur plan d’actions de la promotion de la Mécatronique, les membres de la commission ont voulu élaborer un guide de la transformation mécatronique issu de leurs propres expériences d’innovation et à travers des […]

Transformation numérique : 90 % des industriels français tirent un bilan positif selon une étude

La majorité des entreprises industrielles françaises profitent déjà largement des projets de numérisation. Mais la pénurie de main-d’œuvre continue d’entraver durablement ces projets. Les industriels français surestiment-ils leur numérisation et, plus généralement, celle de leur pays ? Une étude menée par OnePoll pour Reichelt Elektronik auprès de 250 entreprises industrielles françaises propose un examen de […]

Industrie 4.0 : bien qu’en retrait au niveau européen, les entreprises françaises sur la bonne voie

Rockwell Automation, spécialiste des solutions d’automatisation industrielle et la transformation numérique, annonce aujourd’hui les résultats de sa neuvième étude annuelle consacrée à « L’état de la fabrication intelligente » (State of Smart Manufacturing Report). Dans le cadre de cette enquête mondiale, plus de 1500 décideurs issus de 17 des principaux pays manufacturiers ont été interrogés, parmi lesquels […]