Oqton lève plus de 40M$ et veut s’imposer comme un acteur sérieux de l’industrie 4.0

Avec cette nouvelle levée de fonds, l'entreprise américaine compte, grâce à sa plateforme de production tout-en-un reposant sur l’IA, bouleverser le secteur manufacturier.
Interface de la plateforme Oqton

Créée par d’anciens dirigeants d’Autodesk, Oqton lève plus de 40M$ sur les marché avec pour but de s’imposer dans l’industrie 4.0. Cette ambition s’appuie sur la « plateforme de production end-to-end basée sur le Cloud ». Cette solution d’Oqton représente en effet, et selon ses dirigeants, l’avenir des logiciels de fabrication. La levée de fonds permettra de poursuivre le développement de la plateforme, tout en étendant les partenariats commerciaux de la société (fabrication additive, soudage robotisé, machines CNC).

Oqton, « une solution unique » pour l’industrie 4.0

Selon ses concepteurs, la solution d’Oqton est unique. Celle-ci combine en effet plusieurs fonctions de logiciels de fabrication (CAD, PLM, CAM, IOT, MES, QMS) sur une seule et même plateforme. Cela permet ainsi un degré inédit d’automatisation et d’optimisation basées sur l’IA. Ses utilisateurs peuvent recueillir automatiquement des informations d’expert et éliminer les tâches répétitives. Ils peuvent également accéder à des technologies à distance d’un site à l’autre et optimiser la planification de leur production pour améliorer l’utilisation et la qualité de leurs produits.

Pour Samir Hanna, cofondateur et président d’Oqton, « nous sommes déjà parvenus à une automatisation totale sur les marchés verticaux de la dentisterie et de la joaillerie, avec une réduction générale des coûts de 30 %. Vu la stratégie qui sous-tend la plateforme, notre logiciel peut convenir à toute une série de marchés verticaux spécifiques… à l’exemple de la dentisterie, la joaillerie, la médecine, l’industrie ou encore l’aérospatiale. »

Une plateforme intégrable à 100 %, qui a déjà séduit différents fabricants

Intégrable à 100 %, cette plateforme peut également être connectée aux technologies traditionnelles de ses utilisateurs. C’est le cas notamment de la machinerie CNC, des équipements de soudage robotisé et des machines de post-traitement. Il s’agit ainsi d’une solution de fabrication end-to-end, améliorant du même coup la rapidité des processus, leur flexibilité et leur rentabilité. Oqton a déjà établi des partenariats avec EOS, Sisma, Trumpf, Prodways et Sandvik.

Cette levée de fonds effectuée, Oqton ne devrait pas en rester là. Son cofondateur et CEO Ben Schrauwen précise en effet être à la recherche « de nouveaux investisseurs capables de nous aider à nous étendre à l’international. Nous pensons sincèrement qu’il est temps pour le secteur manufacturier de passer au Cloud. Nous faisons tout ce que nous pouvons pour faciliter cette évolution. »

Lire la suite
Olivier Guillon – MRJ PRESSE
Rédacteur en chef du magazine Production Maintenance, Olivier Guillon travaille depuis plus de quinze en tant que journaliste dans le domaine de la presse spécialisée et industrielle.
Sur le même sujet

Impression 3D pour la maintenance : Stratasys prolonge son contrat avec Airbus

Stratasys étend son contrat initial avec Airbus portant sur la production de pièces pour l’A350, mais pas seulement. Cette extension élargit en effet la gamme de pièces imprimées pour l’avionneur afin d’inclure des pièces de rechange et de remplacement pour la maintenance. Celles-ci concernent également la réparation et la révision (MRO) ainsi que des pièces […]

La maintenance prévisionnelle deviendra la norme dans dix ans, selon reichelt elektronik

Alors que la pandémie accélère le besoin d’anticiper pour les entreprises françaises, ces dernières se tournent vers la maintenance prévisionnelle (dite prédictive). Elles estiment même que cette technologie, qui utilise les données pour anticiper les problèmes à venir sur un équipement, sera la norme dans dix ans. Ainsi, les entreprises qui exploitent des outils de […]

Transmissions : Mayr France investit aujourd’hui pour mieux préparer l’avenir

En dépit de la situation actuelle, Mayr France a décidé de miser sur l’avenir en poursuivant ses investissements. L’entreprise spécialisée dans la conception et la fabrication d’organes de transmission (limiteurs de couple, freins de sécurité, accouplements, embrayages) s’est déjà lancée il y a quelques mois dans l’acquisition d’un nouveau banc d’essais. Celui-ci venant alors s’ajouter […]